NOU LÉ KAPAB

NOU LÉ KAPAB

Association loi 1901, créée en 2009 (contact@noulekapab.com)

Rapport Lebreton, ça sent déjà pas bon !

A un mois de la publication du rapport de Patrick Lebreton (2 septembre) sur l’emploi des ultramarins dans leurs territoires, nous constatons que le député est resté sourd aux demandes de rencontres des organisations.

 

vlcsnap-2013-04-21-18h41m06s44Ce dernier n’a jamais souhaité nous rencontrer, préférant nous insulter sur une chaîne publique. Depuis cinq ans, nous militons pour l’emploi aux jeunes réunionnais, nous avons d’ailleurs organisé une mobilisation le 20 mai 2013 qui a réuni près de 300 personnes, un manifeste a été déposé auprès des services de l’Etat et nous lui avons écrit pour échanger sur notre proposition de Priorité à l’embauche des Réunionnais, ainsi qu’au président de la République, au Premier ministre et au Ministre de l’Outremer.

 

Lors de son déplacement à Paris, Gilles Leperlier, président de l’AJFER-Nou Lé Kapab, a rencontré les représentants de GPX (Fonctionnaires Ultramarins), avec lesquels notre organisation travaille depuis deux ans, afin de connaître l’évolution de la situation : près de 900 policiers réunionnais attendent de revenir à La Réunion.

 

Une fois de plus, Patrick Lebreton n’a pas répondu à leur demande de rencontre, il en est de même pour plusieurs organisations, qui ont demandé un entretien avec le parlementaire en mission.

 

Lors de sa nomination, Patrick Lebreton avait pourtant assuré : « Il ne s'agit pas de faire un catalogue de mesures inapplicables ou un rapport de haut fonctionnaire qu'on range derrière les tiroirs. Mon rapport devrait contenir une dizaine voire une quinzaine de mesures dont le tiers pourrait être traduit en acte législatif » (Presse Réunionnaise du 5 mai 2013). Ce dernier a d’ailleurs ajouté qu’il ne veut pas faire « de fausses promesses », mais «  donner un meilleur accès aux Réunionnais à l'emploi existant dans le public comme dans le privé ».

 

On constate que le député Lebreton n’a pas privilégié la concertation et le dialogue sociale, exceptée peut-être avec la ministre de la Fonction Publique, Maryse Lebranchu, à deux reprises, une fois à Paris et l’autre à La Réunion. Malgré ces promesses de travailler avec l’ensemble des acteurs, on se rend compte que le rapport ne va pas répondre aux attentes de la population.  

 

Lors de notre rencontre avec la conseillère de la ministre de la Fonction Publique, Mme. Lebret, le 9 juillet,  nous lui avons exposé nos propositions, cette dernière a bien rappelé qu’il ne s’agit pas d’une question d’argent, mais de volonté politique de changer le système. On espère que les engagements de François Hollande, lors de sa campagne présidentielle à La Réunion, seront tenus à l’exposé du rapport Lebreton.

 

lebreton_png_fusia.png

 

Le « Rapport Lebreton, ça sent déjà pas bon ! ». Les récentes déclarations des ministres de passage à La Réunion Victorin Lurel et Maryse Lebranchu, nous laisse penser que les choses ne changent pas.

 

Le ministre de l’outremer a affirmé que le système des mutations fonctionne et qu’il fallait aller « frotter son esprit ailleurs ». Maryse Lebranchu, a, de son côté, indiqué qu’« un certain nombre de syndicats se sont insurgés contre tout assouplissement des règles pour les mutations de la police ».  

 

De plus, à quelque jours de la rentrée scolaire, il n’y a toujours pas de transparence sur les recrutements, ni le nombre de personnes arrivant de l’extérieur.

 

Il existe des postes disponibles à La Réunion mais les jeunes formés à La Réunion en sont privés. On n’a de cesse de dire que la situation est alarmante, les promesses faites doivent être des actes maintenant. François Hollande s’était lui-même engagé à promouvoir l’emploi des ultramarins sur leur territoire.

 

Le rapport de Patrick Lebreton, selon nos dernières informations, est finalisé et en préparation de mise en forme. Est-ce que celui-ci répondra aux attentes ? On l’espère, mais on en doute.

 

Nous lançons un énième appel pour qu’il agisse, rencontre les organisations et établisse un rapport qui réponde aux attentes de la population et à l’urgence d’agir, pour que ce rapport ne reste pas dans « un tiroir ».

 

De notre côté, nous allons mener une campagne d’information et de sensibilisation autour de ce rapport, parce qu’aujourd’hui, la priorité doit être donnée aux réunionnais dans les secteurs public et privé.

 

Un calendrier de tractage sera envoyé aux médias, pour que la population s’empare de ce rapport et demande de vraies mesures pour la Priorité à l’embauche des réunionnais.

 

 

Comme annoncé lors de nomination de Patrick Lebreton, en avril, nous réaffirmons que nous ne nous contenterons pas d’un énième rapport, car à situation exceptionnelle, nous appelons à des mesures exceptionnelles. 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article