NOU LÉ KAPAB

Association loi 1901, créée en 2009 (contact@noulekapab.com)

Mutations : "Les Réunionnais doivent se mobiliser"

Six mois après la remise du rapport de Patrick Lebreton sur la régionalisation de l'emploi dans les outre-mer, Nou Lé Kapab (AJFER) organise un rassemblement ce vendredi 20 juin 2014 devant la préfecture à l'occasion de la venue des ministres de l'Intérieur et de l'Outre-mer à La Réunion. L'occasion de sensibiliser ces deux ministères sur les mutations des Réunionnais. "Ils ne peuvent plus bat carré sans que décision soit prise", prévient Gilles Leperlier.

manif-ledoux-copie-1.jpg

Les associations réunionnaises comptent énormément sur la venue de George Pau-Langevin et Bernard Cazeneuve pour faire bouger le dossier des mutations en Outre-mer. "Cela fait 6 mois aujourd’hui que le député-maire M. Lebreton a rendu son rapport au ministre de l’Outre-mer. Six mois que les choses n’ont pas changé, six mois qu’aucune décision n’a été prise. La situation se dégrade et les postes disponibles à La Réunion échappent aux Réunionnais", dénonce Gilles Leperlier dans un point-presse organisé ce lundi 9 juin 2014.

Pour le président de Nou Lé Kapab (AJFER), la fonction publique est particulièrement touchée. Dans l’éducation nationale, 61 personnes seront mutées à la rentrée prochaine en métropole, notamment en région parisienne. "Le fonctionnement est bizarre, on n'a pas de visibilité sur les chiffres, c'est opaque. Aujourd'hui encore, l'académie de la réunion recrute sur son site, alors que des collègues restent affectés à versailles", note Olivier Fontaine. Pour ce professeur des Avirons, qui sera muté prochainement, l'éducation nationale doit revoir son système de mutation : "qu'ils prennent en compte la particularité de leurs agents plutôt qu'un barème de chiffres."

Du côté de la police, la situation est tout aussi pointée du doigt. "Les mutations dans la police se passent très mal. Le système actuel ne donne pas aux originaires la possibilité de revenir", indique Idriss Rangassamy, représentant du collectif GPX Ultramarin. Pour ce gardien de la paix, l’ancienneté de la demande doit être appliquée à la place de l’ancienneté du fonctionnaire. D’autant plus que La Réunion est en manque d’effectif : "la demande est là, l’offre de poste est là, maintenant il suffit de mettre tout cela en place pour avoir une police efficace et représentative de son bassin local."

Selon Nou Lé Kapab (AJFER), les postes échappent également aux Réunionnais dans le privé. "On l’a vu dernièrement avec le chantier de la nouvelle route du littoral, où l’on annonce déjà que des personnes ont été licenciées avant même la fin de la formation", annonce Gilles Leperlier. D’après l’association, les chefs de chantier, les responsables de coordination des équipes et autres cadres viennent tout droit de métropole.

Ce sont pour toutes ces raisons que les associations organisent le 20 juin prochain à 9 heures un rassemblement devant la préfecture. "Ce n'est pas un combat contre les métropolitains mais pour les Réunionnais. On attend des réponses fortes et concrètes aux mutations, notamment des lois", déclaire Idriss Rangassamy. "Les gens sont sortis de l'attente. Dernièrement, la solidarité a manqué. Les Réunionnais doivent pouvoir se mobiliser", pour Gilles Leperlier.

 

IpRéunion - 10 juin 2014

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article