NOU LÉ KAPAB

NOU LÉ KAPAB

Association loi 1901, créée en 2009 (contact@noulekapab.com)

Il est de plus en plus difficile d'obtenir sa mutation à La Réunion dans la Police Nationale

 

LETTRE OUVERTE AUX ELUS

Affiches sur Bus 3

 

La population attend depuis plusieurs années un changement profond, motivé par la situation économique et sociale que connaît le pays et particulièrement concernant l'emploi à la Réunion.

 

Cette envie de changement s'est concrétisée dans les urnes ces dernières semaines, cette période d'élections est désormais terminée. L'espoir, les exigences et les attentes de la population sont immenses.

 

L'AJFER tient aujourd'hui à vous interpeller sur un problème récurrent, injuste et qui ne peut plus durer : l'emploi des ultramarins dans leur région d'origine et particulièrement dans la police nationale.

 

Malgré les promesses et circulaires sur ce sujet, les choses ont peu avancé, pire, la situation régresse. Les jeunes Réunionnais qui aspirent à une carrière dans la police nationale partent se former en France hexagonale, exercent là bas un certain temps, souhaitent en majorité revenir dans l'île mais se retrouvent dans l'incapacité de le faire.

 

Le constat est fait qu'il est de plus en plus difficile d'obtenir sa mutation à la Réunion et ce à cause d'un système inadapté, loin de favoriser le retour des ultramarins dans leur département d'origine.

 

Par le dispositif de mutation dite « normale », les Réunionnais sont aucunement favorisés, l'ancienneté étant le seul critère de classement sur les listes de demandes de mutations, excluant de fait les points des originaires, comme cela se fait dans l'Education Nationale.

 

Encore plus absurde, les Réunionnais sont exclus des dispositifs qui leurs permettraient de revenir sur l'île dans des délais corrects. C'est le cas notamment du dispositif dit de « fidélisation » qui permet aux fonctionnaires métropolitains, après un contrat de 3 ans à la Réunion renouvelable 1 an, d'obtenir une mutation définitive dans le cas où ils se marient ou se pacsent avec un ou une originaire de l'île occupant un poste pour une durée de 15 ans avant le départ à la retraite.

 

Visiblement, la « fidélisation » croît ces dernières années et se serait une cinquantaine de postes qui auraient échappé aux Réunionnais ces dernières années.

 

Selon des retours de terrain, des Réunionnais qui ont fait la demande de mutation d'urgence, pour des raisons sociales et médicales se sont également vu assignés une fin de non recevoir et ce malgré les textes en vigueur.

 

Beaucoup de Réunionnais désespèrent chaque année un peu plus de revenir sur l'île, les délais sont incertains et demeurent interminables. Le malaise est de toute évidence grandissant entraînant de plus en plus des dépressions chez nos ultramarins bloqués loin de chez eux.

 

Autre preuve s'il le fallait du malaise grandissant, les collectifs qui se développent tels que « les fonctionnaires ultramarins » ou encore « GPX 974 ».

 

Mesdames, Messieurs les élus, vous êtes nombreux à vous êtes exprimés favorablement, lors de diverses interventions publiques pour l'embauche des Réunionnais et c'est déjà une avancée. Après les prises de position, l'heure est désormais à l'action.

 

Nous attirons particulièrement l'attention des député(e)s récemment élu(e)s, car ce problème avant tout social trouve ses solutions dans le cadre législatif, réglementaire et entre donc pleinement dans vos champs d'interventions à l'Assemblée Nationale. Il nécessite néanmoins le soutien de l'ensemble de la population et des élus pour qu'un message fort soit délivré aux hautes instances du pays.

 

Nous espérons que ce dossier devenu humainement urgent s'inscrive dans vos priorités et que tout soit mis en œuvre pour que cette situation cesse rapidement.

 

Pour l'AJFER,

Béatrice LEPERLIER

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article