NOU LÉ KAPAB

NOU LÉ KAPAB

Association loi 1901, créée en 2009 (contact@noulekapab.com)

III/ L'emploi

Le nombre de demandeurs d’emploi à la Réunion  s’élève  à plus de 114 000  individus. Le taux de chômage est le plus élevé à La Réunion comparé aux autres Dom ou à la France. De même, les offres d’emploi enregistrées sont en chutes. Sur 1 an les offres d’emploi ont diminué de 43.2% à La Réunion.  Lorsqu’on analyse selon l’âge, on constate que le chômage touche en premier lieu les jeunes et quelque soit le niveau d’étude. Il est aujourd’hui urgent d’agir pour créer des emplois à La Réunion et en particulier pour les jeunes d’autant plus que les 18-25ans n’ont pas droit aux minimas sociaux et à des dispositifs d’insertion spécifique.

 

L’âge est  un facteur discriminant face au chômage. Le taux de chômage des jeunes (moins de 25 ans) est toujours très élevé (49 %). Ce taux élevé est le même depuis trois ans. Il n’a connu aucune diminution.  

 

Aujourd’hui le chômage touche davantage les jeunes et quelque soit le niveau d’étude. Certes, les personnes non diplômées sont plus exposées au chômage. En effet, le taux de chômage atteint 35% chez les non diplômés, soit dix fois plus que parmi les diplômés Bac + 3 minimum. Mais 13 % des bacheliers sont également au chômage.

 

Chez les plus jeunes (moins de 30 ans), le baccalauréat ne suffit plus à éviter le chômage, puisque 28 % des bacheliers actifs sont au chômage (18 % chez les Bac + 2). Le niveau de diplôme contribue toutefois à réduire les risques : 57 % des jeunes de moins de 30 ans non diplômés sont au chômage.

 

Le taux de chômage à La réunion est le celui le plus élevé de toute l'Europe!

 

L'accès au premier emploi reste difficile à cause notamment de problèmes liés aux finances, au transport, à l'information.

 

Les formations ne sont pas toujours adapté aux besoins réels en emploi à La Réunion. Par exemple de nombreuses filières à l'université de La Réunion sont coupées du monde professionnel et des besoins du marché, alors même que les postes à l'université sont saturés.

 

Conséquence : beaucoup de diplômés s'orientent vers le professorat et ou des concours de la fonction publique qui se font sur place mais qui n'ont plus rien à voir avec leur formation initiale.

 

Les jeunes souffrent d'un manque d'expérience qui fait peur aux employeurs. Ce problème est encore plus accentué chez les jeunes femmes. Les obstacles sont tels que beaucoup finissent par perdre leurs motivations pour laisser place à l'assistanat ou à des procédures de contournement comme les grossesses précoces.

 

 

Emploi précaire, à temps partiel et bas salaire pour les jeunes

 

Lorsqu’ils ne sont pas touchés par le chômage, les jeunes occupe la plupart du temps des emplois précaires ou à temps partiel. Dans le secteur marchand les emplois à temps complet occupés par les jeunes sont pour plus des trois quarts de niveau “employé et ouvrier”. Seuls 3 % sont de niveau “cadre supérieur” et 15 % de niveau “profession intermédiaire”. Plus de la moitié des embauches de jeunes au niveau des cadres supérieurs et professions intermédiaires ont lieu dans le secteur des services aux entreprises et du commerce.

 

Les jeunes réunionnais paye également cher leur statut de deniers arrivés sur le marché de l’emploi. Ils sont à 35 % en contrat à durée déterminée (CDD). Les jeunes sont également nombreux à exercé à temps partiel. Parmi les jeunes salariés, 23 % sont à temps partiel, contre 21 % pour l’ensemble des salariés.

 

Les salaires des jeunes sont moins élevés que ceux de l’ensemble des actifs. Dans le secteur marchand, plus de 40 % des jeunes ont un salaire inférieur à 1 000 euros somme correspondant à un Smic net. Certains ont donc bine du mal à atteindre ce minimum socio-économique et du fait du travail à temps partiel plus de 20 % sont inférieur.

 

Salaire des jeunes dans le secteur marchand: 

 

 

En %

- 1.000 eu

 1.000-1.399 eu

  1.400-2.299 eu

   +2.300 eu

Secteurs marchands

   40 .7 %

    42.7%

      13.9 %

     2.6 %

 

 

Il est aujourd’hui urgent d’agir pour créer des emplois à La Réunion et en particulier pour les jeunes. Il faut donner du travail aux jeunes d’autant plus que les 18-25 ans n’ont pas droit aux minima sociaux et à des dispositifs d’insertion spécifique.

 

D’où cette état d’esprit des jeunes qui se sentent dévalorisé. La plupart des jeunes tombent dans la fatalité. Etre jeunes aujourd’hui c’est être mis à l’écart. Alors que la jeunesse constitue l’avenir du pays.

 

Des propositions concrètes et réalisables dans le domaine de l'emploi:

 

  1. Priorité à l’embauche des Réunionnais
  2. Pratiquer la Discrimination positive ou moratoire pour le recrutement dans la fonction publique. La Réunion est au bord du gouffre; elle ne peut plus se permettre le luxe de recruter à l'extérieur.
  3. Accorder une bourse au jeune diplômé, de moins de 25 ans, pour l'accompagner dans ses deux premières années de recherche d'emploi ou de préparation au concours.
  4. Effectuer une étude du marché de l'emploi et mettre en place un calendrier (bisannuel) des besoins. Meilleure adéquation entre les formations proposées et les besoins réels.
  5. Faciliter l'accès des jeunes à l'emploi sous forme d'incitations fiscales ou financières aux entreprises. 
  6. Améliorer l'accompagnement à la mobilité dans le sens du départ comme celui du retour.
  7. Valoriser la mobilité dans la région Océan Indien.
  8. Ouvrir les formations futures sur le développement durable et les métiers de la mer et de la nature.
  9.  Pour les jeunes parents le système de garde d'enfants doit être amélioré (plus de structures moins onéreuses et développer les gardes d’enfants à domicile).
  10. Rendre obligatoire l'éducation professionnelle dans le cursus scolaire. Ouvrir l'université sur le monde professionnel où les stages sont obligatoires, pour que les étudiants soient opérationnels dès leur fin d'étude.
  11. Tout aide financière de l’Etat aux entreprises doit être conditionné par des créations d’emplois
  12. Mettre fin à la monoculture en développant des secteurs d’avenir, créateurs d’emplois et répondant aux besoins de nôtre île.
  13. Exploiter par les comités maritimes régionaux l’espace de pêche de notre zone maritime.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article