NOU LÉ KAPAB

NOU LÉ KAPAB

Association loi 1901, créée en 2009 (contact@noulekapab.com)

Ajfer : le rectorat a joué la carte du recrutement local

AJFER_2LYL6505.jpgGilles Leperlier retrouve le sourire. Le porte-parole de l’AJFER-Nou lé Kapab est ressorti satisfait d’un entretien au rectorat avec Xavier Le Gall, secrétaire général de l’académie de La Réunion et Jean-Luc N’Guyen-Phuoc, directeur de cabinet du recteur, Thierry Terret. Au menu des discussions : l’embauche régionale. Un cheval de bataille que l’Ajfer a enfourché, il y a quatre ans.

 

Un sujet sensible sur lequel Gilles Leperlier ne cessait de pousser des cris d’orfraie constatant le manque de volonté politique de la part de l’État pour recruter localement en priorité. Manifestement ses pressantes interventions ont fini par changer la donne.

 

Du moins dans l’Éducation nationale. Fait rarissime, le rectorat a accepté de jouer la transparence en fournissant à l’Ajfer, les chiffres du recrutement, et particulièrement sur la place des personnes nées à La Réunion, en poste au sein de l’Académie.

 


Selon le rectorat, depuis la nouvelle rentrée, “près de 88% du personnel du second degré sont originaires de La Réunion. ? Dans le détail, pour le 1er degré, le recrutement s’est fait principalement à La Réunion, le concours étant local et en nombre suffisant pour la rentrée 2013.

 


Une amélioration également due essentiellement à l’ouverture de postes supplémentaires aux concours correspondant aux besoins réels de l’île. Le secrétaire général de l’académie a indiqué que le ministère a fait preuve d’une "écoute importante" sur le sujet des Réunionnais dans l’Éducation nationale, notamment avec la "réussite exceptionnelle" aux concours à La Réunion.

 


Concernant les catégories B et C, les représentants du rectorat ont affirmé à l’Ajfer qu’il n’y avait aucune entrée et que le recrutement était "local et réservé". Quant aux chefs d’établissement, Jean-Luc N’Guyen-Phuoc nous a affirmé que la moitié d’entre eux était originaire de La Réunion.

 


L’Ajfer retient que “la volonté politique d’ouvrir le nombre de postes aux concours en fonction des besoins réels de l’île, mais aussi les systèmes de bonifications tels que les 1 000 points peuvent permettre aux jeunes Réunionnais d’accéder plus facilement aux postes disponibles dans le département"

 

Pour Gilles Leperlier le système mériterait donc d’être étendue à l’ensemble de la fonction publique. Un donnée qui n’aura pas échappé à Patrick Lebreton, député en charge d’un rapport sur cette question attendu courant octobre.

 

Clicanoo.re Y.G. 04.09.2013 


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article